vendredi 25 juillet 2008

TOM WAITS, Grand Rex


La face lacérée de celui qui écrasait Iggy dans un film a skteches de Jarmush arrive 47 minutes après l'heure indiqué sur le prohibitif billet d'entré. Tom Waits. Rien que ça. Quand il monte sur sa petite estrade, c'est toute la salle qui à la chaire de poule de voir ce vieil alcoolique en chaire et en os. Deux heures à taper du pied, à vociférer-toujours juste- et à raconter de sombres histoires pendant ou entre ses morceaux, Waits emballe et terrasse une salle hétéroclite ( vieux, punk, jeunes, pas punk, jazzeux, etc...) mais fortunée, hurlant de sa voix polymorphe qui ferait fuir les Scandinaves grimmés en panda au milieu d'un orchestre constitué de demi-manchots. Ce n'est même pas le concert de l'année, c'est juste un évenement dans une vie.

2 commentaires:

thelightcarrier a dit…

Make It Rain! Make It Rain!




Beaucoup (trop) d'attente, des billets effectivement excessivement chers.

Mais Tom Waits pendant deux heures... j'en suis encore tout enfumé.

Raoul a dit…

sale batard