jeudi 24 décembre 2009

Prodigy - Invaders must die

Parceque mon collégue est un putain de fanboy, et surtout parceque sans vivre en Hollande il peut pas comprendre l'essence de ce disque, ou alors parceque tapper sur mon clavier devient trop difficile. Prodigy livre ici un des disques les plus importants qu'il ait eu a composer. WE ARE THE PRODIGY: Ils le rappellent, au cas où on ait acheté de la contrefaçon, ou des remix (même merde). Retour aux sonorités kitshs, mais surtout retour à l'énergie live, à la sonorité pas en carton des claviers, fameux qui tamponnnent le syphon tout le long de l'effort. Sûrement que mon collégue est aussi concquis que moi, voire même plus vu qu'il fréquente les malfaiteurs depuis plus longtemps. Toujours la même édition en main, ne possédant pas le patrimoine me permettant de reitérer un achat, ces types là n'auront que les plus mauvais d'entre nous, ceux qui se prostitueront pour avoir la dernière version de quelque chose plus passésiste que notre comportement. Fixette sans oubli. Même les singles renvoient tous les tubes électro récents à la maison, sous pretexte de mélodie putassière, de gros beats malfaisants, contre lesquels même guetta et sa piscine remplie de putes sur le retour ne peuvent rien. It's an omen, c'est même plus un hommage. Un joyeux nôel sans les bons accents de notre part. Sans concertation. Sans concensus, parceque finalement c'est sans aucun que nous sont livrés ces objets au prix fort. Quand est ce qu'un quelconque label daignera nous fournir du support pour alimenter ce blog? Oui c'est un appel.

2 commentaires:

DMDFC a dit…

Je suis mort de rire! Putain 3 chroniques pour le même disque! T'as même pas fait l'effort de déguiser ça en une version inédite! Hahahahahahahahahah

Joyeux Noel enlécu!

Arthur a dit…

Encore un coup des Justice.