lundi 10 janvier 2011

TORTOISE- Why waste time?


Tortoise continue sa mue, celle qui a commencé dès que le gang de Chicago a un jour graver un morceau sur un sillon, et qui n'a cessé depuis d'être. Why Waste Time a tout de l'ep pirate, parce que sorti uniquement sur un label japonais, parce qu'aucun disquaire digne de ce nom ne peut l'avoir dans son bac à disques, et puis parce qu'il se revend déjà à prix d'or sur le net. Le nec plus ultra de la part d'un groupe qui se revendique de Can, de Dilla, de Sly & Robbie,de Earth (j'en sais rien en fait), des minutemen, qui se fait remixer par Autechre depuis 20 ans, se situe tout de même dans cette pochette qu'on dirait repris d'une cassette de black des années 80, ou d'un dessin non retenu de Savage Pencil: écriture gothique et hémoglobine dégoulinante. Depuis la rétrospective passionnante que le groupe a sorti en 2006, Tortoise semble s'orienter de plus en plus vers une musique où la recherche de la place du clavier au milieu de l'orchestre rock ne cesse de se développer, un peu comme le fait Reznor depuis With Teeth (oooouuuuupssssss!!!!!). Le morceau d'ouverture commence sur un beat qui s'emballe, à la production saturé et aux infrabasses cannibales. Le rythme rappelle que les 5 ont, fut un temps, sorti un disque chez Warp, les nappes congelées emportant avec elles la BaR d'un dub d'une autre époque. La suite a tout de la digression de Kevin Drumm lorsque celui partagea l'affiche avec Tortoise en 2008 pour le festival de Jazz à la Villette, comme un enregistrement échappée de la soirée, tout en s'écroulant sur Gigantes, prodigieux morceau de l'album précédent, remixé par Mark Ernestus devenant ici plus obsédant encore. La musique instrumentale (NIN devrait en prendre de la graine- re-Ooouupsssssssssssss!) de Tortoise vient se terminer sur un medley de séquences plus ramassées, entre le jazz rock et l'électronique décomplexé typique des 5, toujours propulsé par cette improbable science du son et de l'acoustique que McEntire, batteur et producteur du groupe (et non seul membre tyrannique comme Trent- Ooooupsss -ter), continue perpétuellement d'affiner. Sans réellement savoir d'où sortent ces titres (promo, disponibilité....) on se délecte de ces 4 morceaux ( et 3 vidéos, 2 lives et un clip) tout en se rappellant que Mr Maandig devrait s'en inspirer (Oooouupsssssss) !

4 commentaires:

Damien a dit…

Pourquoi j'ai l'impression que dans cette chronique il y a quelques subtils clins d'œil qui me sont destinés.
Je n'ai pas eu l'occasion de continuer la conversation par commentaires débutée sur un billet de Monsieur Blues. Je me permet de le faire maintenant.
Mes commentaires, aux gouts douteux je vous l'accorde, était principalement dirigés à l'encontre de M.Blues. Si, DMDFC, je t'avais associés à ces critiques virulentes, c'était évidement pour ta chronique du concert de NiN et ce n'était donc pas fondé.
Quoi qu'il en soit, c'était avant une blague, de mauvais gout je vous l'accorde encore. J'espère donc ne pas avoir vexé aucun rédacteurs de cet excellent blog.
Mais comme je ne suis pas complètement démago, je vais aussi me défendre :DMDFC quand tu compares les concerts de NIN à ceux de Johnny, je suis certain que tu cherche à provoquer des réactions. Tu as donc eu la mienne avec 1 an de retard =).

Concernant le disque dont tu parles ici, je ne l'ai évidemment pas encore écouté, mais je vais foncer dessus, étant donné toutes les références à NiN, ça ne peut être qu'un album génial.

Très cordialement,
un fidèle lecteur

DMDFC a dit…

Damien,

je ne pense pas que tu vexeras qui que ce soit ici, au contraire, nous aimons autant les critiques négatives que les autres, et c'est le jeu quand tu...fais quoi que ce soit qui dépasse le cadre du privé, il me semble.
Effectivement, ces subtils clins d'oeil t'étaient destiné car Tortoise et NIN n'ont strictement rien à voir, si ce n'est, effectivement, un son qui s'oriente beaucoup sur les synthés depuis quelques années.
Concernant les critiques de Mr Blues, je pense surtout que pour le coup, tu as visé à coté. Je pense pourtant que tu étais dans le bon studio: Coil me parait être une obsession bien plus régulière sur ce site que mr Reznor.
Quant au concert de NIN que j'ai effectivement chroniqué: j'aurais aimé ne pas avoir à le faire: au prix du billet (parce que on paye nos billets), j'aurais aimé ne pas sortir déçu. Pourtant, j'en parle régulièrement avec un ami qui était avec moi, je n'ai pas eu de surprises: c'était du gros show à l'américaine, et ça ressemblait exactement à un DVD. Pourtant, je n'avais absolument pas prévu de me faire chier à ce point. Et au vu du nombre de retours positifs à ce concert, mon avis reste très très minoritaire, donc tout est relatif. Quant à la comparaison avec Johnny: pas tant que ça, finalement. Je pense que Reznor sait tirer les ficelles de son show quitte à surjouer un peu sur scène, comme ce bon vieux Johnny. Quand il chante Hurt on est pas loin de l'autocaricature. Et surtout, je pense que la dévotion des fans de Reznor est tout à fait comparable à celle des fans de Jean Philippe Smet. Et ce n'est pas ce fan qui est allé chercher un clé usb dans l'urinoir en 2007 avec les inédits de "year zero" (du moisn selon la rumeur) qui pourra dire l'inverse. Je verrais bien un "confession intime- je suis fan de Trent" sur notre première chaîne nationale un jour.

Macho))) a dit…

J'adore ça.
Pour la petite anecdote, qui rend le débat encore plus marrant: je connais Damien dans la vraie vie.
Et c'est d'ailleurs un chic type.
Pour la provoc, je sens que je vais me payer le remaster de pretty hate machine juste pour faire une jolie chronique.
LA bise à tous les deux, et à bientôt pour de nouvelles aventures. (j'espère que ce sera des chroniques de Ministry, ou de Marilyn manson pour pouvoir parler de trentounet.

Damien a dit…

Merci Monsieur Blues pour ce compliment.
Pour la chronique de pretty hate machine, j'ai hâte. Je viens de recevoir mon vinyle de ce chef d'œuvre donc je pourrai te laisser un commentaire pertinent.
DMDFC, je ne suis évidemment pas d'accord avec toi concernant avec ta perception du concert de NiN, mais force est de constater que ton argumentaire est béton donc je ne vais pas me lancer dans une contestation. Et puis après tout, on a pas assisté au même concert, je les ai vu pour la même tournée mais dans les magnifiques arènes de Nîmes, ça change tout.
Concernant les débats, comptez sur moi pour continuez à vous casser les C... chaque fois que je le sentirai utile. J'essaierai aussi de vous complimentez, mais ça risque de pas arriver si souvent, c'est pas trop mon genre.
Bon je vais quand même commencer de suite, merci pour Black Lung, ça déchire et le dernier Scorn clairement un des disques de 2010 sans aucun doute.
A ce propos, pas de top 2010 de prévu?
Je suis certain que vous détestez faire ça, mais nous simples lecteurs, on adoooooore.
A bientôt donc,
Damien