mardi 24 août 2010

COIL vs ELPH-Worship the glitch


Le flottement Coil-esque à son summum. Coil se transforme en abstraction sonore jusqu'au bout en ne devenant plus qu'une idée, qui s'affronte elle-même. Elph n'est autre que le groupe qui, dans sa recherche sonore, se mute en cette nouvelle identité et qui produit de la musique uniquement basée sur les bruits et sons involontaires, accidentelles de la machine. Contre soi. La complainte du sampler, le chant de l'oscillateur, la débâcle de l'homme derrière sa table de mixage. Ce split en trompe l'oreille ressemble, d'une écoute distraite, à une collection de bruit, genre de disque qui peut s'avérer insupportable. Mais de fait, la sensibilité du duo et son acharnement à esthétiser même la pire laideur confère au disque l'incroyable et lumineuse force d'extraire de ces sons une musicalité inattendue. Originalement conçu en double 10", l'album recèle de ces moments étranges et charmeurs dont la musique électronique a le secret. Et ce n'est pas l'absence de partitions et de voix qui empiète le constat. Le concept devrait donner ce drone absolu et idéal, de par l'interaction humaine limitée. Mais jamais le bourdonnement ne prend place, à la place, s'articulent d'étranges nappes lointaines et résonnantes, suintements digitaux, échantillons ondoyants et hocquets analogiques. L'expérience totale d'un groupe qui n'a cessé de repousser ses limites en signant la lettre d'amour définitive au "glitch", de la musique jusqu'au nom. On imagine sans difficulté la force d'une rencontre avec Autechre, se consolant avec Hafler Trio. Un album précieux et rare, la pépite de l'admirateur du duo, souvent évaluée comme le joyau mésestimé.

5 commentaires:

Macho))) a dit…

Un des seuls que je ne possède pas, t'as choppé ça ou?

DMDFC a dit…

Chez un dealer à Paris.

Neocreed a dit…

Quoique fasse Coil, certains criraient au génie.

DMDFC a dit…

Ecoute, je vais pas te mentir, après l'avoir écouté sommairement, je pensais vraiment que c'était une sombre merde et je m'étais dit que ca faisait surtout un objet de collection. Et après une véritable éocute je le trouve pas mal du tout ce disque, très agréable. Par contre, je peux pas en dire autant des quelques lives que j'ai, par exemple... Et je ne possède pas tout de coil (a contrario de mon collègue, visiblement), parce qu'il est hors de question que je débourse les rançons abusives demandés pour ces disques. Je dois en avoir une dizaine et ca me suffit.

Neocreed a dit…

bah c'est bien parce que je possède aussi les très bons albums de Coil que j'ai très peu d'indulgence pour ce qu'ils ont fait de moyen. d'autant plus que, comme tu le dis, meme les "mauvais" Coil coutent cher et c'est pourquoi a mon sens faut pas hésiter a dire qu'un Coil est nul, ca evitera possiblement a un gonze d'éviter de balancer 25e. M'enfin, si tu l'aimes bien tant mieux pour toi. celui là, je le rangerai a coté de mon Windowpane/Snow, dans le rayon Coil faiblards de mon étagere.