mercredi 11 août 2010

Roots Manuva meets Wrong Tom - Duppy Writer

J'avais découvert Roots Manuva sur une compil de dub, une bande son d'un film retraçant l'histoire du dub. Trés bonne compil et un excellent morceau de Roots Manuva entre velléités new school, notamment dans une approche trés hip hop mais aussi une approche old school du traitement instrumental.
Aujourd'hui Roots Manuva s'entoure d'un producteur pour tout l'album (et c'est d'ailleurs respectueux de sa part de le créditer sur l'intitulé du disque). Wrong Tom se charge donc d'insuffler un réel souffle dub à de vieux (et moins vieux) morceaux de Roots Manuva, et ce nouvel album consiste en fait en des réinterprétations version dub, version enfumées de morceaux issues d'anciens disques de Manuva.
Ce qui frappe clairement c'est cet aspect hétéroclite des productions, pourtant toutes signées par le même gaziers. Il nous donne la sensation d'explorer une discographie et d'en ressortir avec sa propre vision de l'art du bonhomme. Toutes les influences principales sont passées à tabac et on appréciera d'autant plus les morceaux les plus roots du disque, avec par exemple le craquelant et trés enfumé world a mine. Wrong Tom entoure le flow du londonien d'aparats de toutes sortes, des sonorités reggea aux instrumentaux plus digitaux et dansants.
Il en ressort une sensation d'être porté par une compilations, impression alimentée par les quelques invités qui parsèment le disque. Et mon collègue a raison. En dub, les meilleures sorties restent les compilations, qui évitent de lasser. Du coup cette collaboration pue l'alchimie et nous contente du début à la fin, avec quelques moments de gloire (proper tings est un tube comme il s'en fait rarement, en mode repeat), un aspect festif pas désagréable et quelques productions aux basses lourdes et éreintantes. Le flow du londonien est excellent, et navigue lui aussi dans quantités de genres différents. La pochette rajoute elle aussi à la réussite de l'objet, en rappelant un peu le premier Major Lazer dans son coté décalé et coloré. Je savais que le wu tang devrait se reconvertir dans les productions dub. (Big Dada)

3 commentaires:

DMDFC a dit…

Tu parles de Dub Echoes?

Macho))) a dit…

Oui, dub echoes, c'est bien ça, chez souljazz je crois,je l'avais trouvée trés bonne cette compil.

DMDFC a dit…

Pas vu le doc, mais le double disc est très cool oué. Effectivement, le morceau de roots manuva est impeccable. C'est un peu le responsable du réveil du hip hop anglais au début des années 2000. Il avait aussi participé au second gorillaz sur un morceau avec Martina Topley Bird.